Archives de catégorie Plat préféré de notre Guest

ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST : MAGASCO

 « C’est ma mort, il y’a pas deux plats »

Lui c’est Magasco, notre jeune artiste musicien très talentueux de 30 ans. Il nous met tous d’accord avec ses multiples Chansons à succès.

De #LineLoba, à #FineBoy, #WuluBangBang en passant par #AllVip, #Zamba. Ou encore #Belinda, #Bella et, #Sokoto son dernier bébé. Magasco est un habitué de tubes et de belles sonorités. Il nous annonce que la suite sera encore plus lourde et alléchante.

Ce qui fait sa particularité est qu’il injecte toujours le dialecte  « kom » dans ses chansons, déjà qu’il est originaire de cette localité du Nord-Ouest et qu’il essaye de contribuer pour l’authenticité de la musique Camerounaise.

Le protégé du label Empire Company de Pitt Baccardi, est notre Guest de ce mercredi 31 janvier 2018.


Bonjour Magasco,

Bonjour Bonappétit Cameroun (sourire).

Et si tu nous dévoilais ton plat préféré ?

(Rires) Mon plat préféré c’est le KATI KATI, le couscous avec les feuilles de Njama Njama, accompagné de poulet fait avec l’huile rouge. Hum trop bon, une pure merveille, je te promets !

KATI-KATI

Pour quelles raisons ?

Parce que c’est une recette, un plat de mon village et depuis mon enfance je kiffe trop cette nourriture !

Combien de fois peux-tu consommer ce plat par semaine ?

Je peux manger ça tous les jours. S’il y’a possibilité de manger ça je mange. Si j’entre dans un restaurant et qu’il fait parti du menu je commande. C’est ma mort, il y’a pas deux plats ! (Rires)

Est-ce que tu sais tout de même cuisiner ton Kati kati ?

Je peux seulement faire la sauce mais pas le couscous, tourner le couscous là, je ne suis pas moi dedans ! (Rires)

D’accord Magasco ! Partages alors la recette de la sauce avec les abonnés de Bonappétit Cameroun !

Pas de soucis, il faut avoir les feuilles de njama njama, l’huile rouge, le poulet, tomate, oignon, poivron, sel, ail, et piment.

Je Découpe tomate, oignon et poivron.

J’écrase l’ail.

J’ajoute tout ça dans la marmite avec mon poulet déjà bien nettoyé hein !

Après j’ajoute le sel, l’eau et l’huile rouge.

Pendant que ma marmite de poulet est entrain de cuire, je lave bien mes feuilles de njama njama, quand elles sont propres je fais également bouillir ça dans une autre marmite.

Quand c’est bon, je prends mes feuilles de njama njama cuites et je verse dans ma marmite de poulet.

Je mélange le tout, je tourne bien, j’ajoute le piment entier et je laisse encore cuire jusqu’à ce que je me rende compte que ma sauce de njama njama est prête.

Voilà ma recette Bonappétit Cameroun, maintenant pour le couscous que chacun se débrouille ! (rires)

Préparation KATI-KATI

Merci Magasco !

Magasco

 

 

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST : TONY NOBODY

« C’est à travers ce plat que je peux me faire avoir par le  « Tobassi »

Rappeur, animateur radio et télévision, événementiel, réalisateur, producteur, concepteur et autres, Tony Nobody de son vrai nom Paul TONYE endosse toutes ses casquettes avec la même ferveur et le même professionnalisme. Son secret, il le doit à Dieu et à son équipe. Aujourd’hui il a décidé de nous accueillir pour nous livrer son plat préféré. 


Bonjour Tony Nobody, alors quel est votre plat préféré?

Je vais vous dire quelque chose qui va vraiment vous étonner! Mon plat préféré c’est un plat assez facile, le spaghetti avec n’importe quelle sauce, surtout si la sauce est « tomatée », « pimentéé » et s’il y a de la viande ou de la sardine. Je l’adore énormément. 

Spaghettis Bolognaise

Pour quelles raisons?

Parce que moi je suis un gros mangeur, je suis très impatient, extrêmement impatient. Donc, la raison pour laquelle j’aime ce plat est qu’il est hyper facile à faire, on peut le faire n’importe où et tu peux le manger autant de fois que tu veux en une journée, ou pendant une longue durée, il est très léger. Ma femme n’en revient d’ailleurs pas jusqu’à présent! C’est à travers ce plat que je peux me faire avoir par le  « Tobassi »! juste pour rire !

Quelle est la fréquence de consommation de ce plat ?

Tout le temps, je consomme des pâtes tout le temps. C’est bizarre, mais c’est mon plat préféré!!!

Restaurant au maison?

Maison.

Je le fais très facilement. De temps en temps, mes enfants et moi nous nous succédons à la cuisine parce qu’on a toujours des pâtes cachées dans les armoires, il y a une petite boite de sardine qui traîne toujours quelque part, on a pas le temps de faire la viande hachée tout le temps.

Pouvez-vous partager votre recette avec les abonnés de bonappétit Cameroun?

Bien sure, avec plaisir!

Pour le faire tout le monde le sait, je m’achète deux paquets de spaghettis parce qu’un seul ne me suffit pas !!! lol 

je mets d’abord de l’eau au feu, je mets du sel, je mets un peu d’huile pour que ça ne colle pas.

Ensuite quand l’eau bout, je casse me pâtes en deux pour qu’elles ne soient pas très longues.

j’attends que ces pâtes cuisent, je vérifie de temps en temps avec ma fourchette.

Quand elles sont cuites, je sèche à l’aide d’un tamis et pendant ce temps, je commence à faire ma sauce. Parfois avec la même marmite.

Je verse un peu d’huile avec de la tomate, du piment et de fines herbes, j‘attends que ma tomate cuise bien.

J’ajoute un peu de sel et de cube, je verse ma viande ou ma sardine.

Et voilà ma sauce tomate, elle est prête.

Parfois je mélange avec mes pâtes, parfois pas.

Préparation

merci à vous Tony Nobody

C’est moi qui vous remercie Bonappétit Cameroun.

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST: STANLEY ENOW

« … Je n’ai pas de plat préféré, vous n’allez pas m’attraper…»

Ce mercredi 15 novembre 2017, nous sommes allés vers un jeune homme très particulier. Pétri de talent et d’un charisme incommensurable. Il est connu sous le pseudonyme de « King Kong ». Vous l’avez sans doute deviné, il s’agit du Bayangi boy, Stanley ENOW.

Il faut avouer que c’est un jeune homme qui a su construire sa bulle, il a su tracer son chemin, profitant de son talent et de ses multiples opportunités. Nous l’avons vu commencer petit à petit au rang de simple animateur pour se hisser où il est actuellement au rang d’artiste musicien. Le pont s’est fait sans bémol grâce à son tube à succès  » Hein père « . Un tube qui l’a révélé au-devant de la scène en faisant de lui le premier camerounais à être nommé et à gagner un MTV Africain Music Awards. Nous sommes en 2014 en Afrique du Sud.

Et depuis cette année-là jusqu’à nos jours, notre King Kong enchaîne des tubes et des collaborations avec des artistes nationaux et internationaux, remporte des récompenses nationales et internationales, et signe des partenariats avec des grosses multinationales. Notre jeune diplômé d’une Licence en Communication est une vraie industrie, une machine à business.

Ce jour, il nous a fait l’honneur d’être la Guest de la rubrique « Le plat préféré de notre Guest » et il nous a également offert un CD dédicacé du single Caramel, son nouveau tube, une collaboration avec l’artiste Nigérian Davido.


Bonjour Stanley et merci de nous recevoir. Alors, quel est ton plat préféré ?

Bonjour Bonapppétit Cameroun. Heu, je n’ai pas de plat préféré, vous n’allez pas m’attraper !!! Lol (rires ).
Nathalie la question est assez difficile à répondre. Pourquoi ? Tout simplement parce que je mange de tout, je n’ai pas un plat préféré.

Je comprends tout à fait Stanley, mais parmi tout ce que tu consommes, il y a quand même un ou deux plats que tu affectionnes particulièrement. Genre quand tu en manges, ça te fait un drôle d’effet quoi.

Oui oui, bah, il y a le eru et l’okok, là je me rends, je reconnais, tu as gagné lol (rires) . Peut-être parce que ce sont les plats avec lesquels j’ai grandi. Donc rien que pour cette raison, je peux te dire que ce sont mes plats préférés.

Plat du eru avec water fufu et gari fufu

Okok avec bâton de manioc

À quelle fréquence les consommes-tu ?

Cela fait longtemps que j’ai plus mangé le Eru et l’Okok. Tu sais, c’est assez difficile pour moi, je me déplace énormément, je suis toujours entre deux avions. Du coup, il n’y a pas du temps pour manger cela. Mais j’en meurs d’envie et je ferai tout pour manger cela ce week-end dans un super bon restaurant qui cuisine super bien. Sinon j’ai aussi des proches qui peuvent me cuisiner ces plats. Il faut juste que je trouve du temps.

J’imagine que tu ne sais pas les cuisiner ?

(rires) Tu as très bien deviné, malheureusement, je ne connais pas les cuisiner. Mais je suis en train d’y remédier, j’apprends et je promets que d’ici quelques mois, je saurai.

Alors c’est ici que se termine notre entretien Stanley. Merci de nous avoir accordé un peu de ton temps précieux, parce que je sais ce n’est pas très évident de t’avoir.

Je t’en prie Nathalie, beaucoup de courage et bonne suite à Bonapppétit Cameroun.

Merci Stanley.

Lors de la signature du contrat avec la Bicec

Je vous invite à écouter sa dernière sortie, en cliquant sur ce lien YouTube https://www.youtube.com/watch?v=bNCCIFes9GQ

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST : CLAUDE NDAM

«…Avec mes problèmes de santé, j’ai dû revoir mon alimentation… »

Si nous faisons un sondage auprès des jeunes de la nouvelle génération « tête baissée » dans le but de savoir si ces derniers connaissent qui est Claude NDAM, malheureusement certains répondrons par NON. Laissez-moi donc, dans un premier temps vous présenter ce monsieur.
Originaire du département du Noun dans la région Ouest du Cameroun, Claude NDAM est un artiste-musicien, auteur – compositeur – interprète camerounais qui a débuté sa carrière dans les années 80. Né dans une famille où la musique était un élément central et faisait partie du quotidien, Claude reçoit sa première guitare de son père, artiste. Il fait ses premiers pas à radio Cameroun dans l’émission « La roue libre » animée par Lucien MAMBA vers la fin des années 70.
C’est le titre « Ngoua ya » de l’album éponyme qui le révèle au grand public à la fin des années 89 débuts des années 90. Il s’illustre ainsi dans le registre des rythmes traditionnels de la région Bamoun. Pour affirmer et marteler son attachement à sa culture, il chante en langue Bamoun. Artiste éclectique et ouvert, il a su opérer un syncrétisme musical en s’ouvrant à d’autres rythmes tels que le jazz, le rock tout en gardant une teinte traditionnelle. Ses chansons sont d’une richesse textuelle remarquable.
Il compte deux albums majeurs « U Ngoua ya»(où vas-tu?) et « Pawa » (pouvoir). En dehors de ces deux albums, il a plusieurs autres collaborations avec des collègues et des artistes de la « new génération » à l’instar de Stanley ENOW avec le titre « Love Song ». Sergeo POLO a d’ailleurs repris une de ses chansons « Mona La Veve » qui est, « Mona » tout simplement chez ce dernier.
Son magnifique parcours musical lui a fait ravir le titre de chevalier de l’ordre de la valeur décerné par le chef de l’Etat « himself« .
Soulignons que Claude est un monsieur assez fort physiquement et moralement parce qu’il a déjà été secoué par deux crises d’AVC, la première en 2008 et la deuxième récemment en 2017.
Aujourd’hui, c’est avec un grand sourire qu’il a accepté, nous recevoir et être la Guest de ce mercredi 08 novembre 2017.


Bonjour Claude, ravie de vous avoir dans cette rubrique « Le plat préféré de notre Guest ». Alors dites-nous, quel est votre plat préféré ?

Bonjour Bonappétit Cameroun, je tiens déjà à vous féliciter chère jeune dame pour votre très belle initiative, beaucoup de courage parce que ça ne sera pas facile, mais restez forte pour surmonter les difficultés. 
Maintenant revenons à votre question, à l’époque, j’adorais de la bonne viande, mais avec mes problèmes de santé, j’ai dû revoir mon alimentation. Une alimentation d’ailleurs imposée par les médecins. Par conséquent, je me suis retourné vers les légumes. Moins de viandes pour beaucoup légumes. Depuis peu, mes plats préférés, permettez-moi le pluriel parce qu’ils sont deux, sont les crudités et notre célèbre plat Bamoun le « Ndjapche ».

Quelle est votre fréquence de consommation ?

Pour les crudités, c’est constamment, presque chaque jour, et pour le « Ndjapche » parfois les week-ends.

C’est souvent ? À la maison ? Dans un restaurant ? 

À la maison bien évidemment et ces plats sont toujours cuisinés par les magnifiques mains de madame mon épouse.

Et vous-même ? Ça vous arrive souvent d’entrer en cuisine? 

Parfois oui, pour les crudités. Je vais même plus loin, souvent même au marché. J’achète les ingrédients et je rentre me concocter personnellement mon plat de crudités. Mais pour le « Ndjapche », non, c’est mon épouse la spécialiste.

Claude par ma voix toute l’équipe de Bonappétit Cameroun vous remercie.

Pas de quoi, ce fut un bel échange !

 

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST : OLIVIER NKU

« En bon Béti que je suis, c’est le « Nfiang Owondo » »

Nous sommes mercredi aujourd’hui et vous savez que c’est le jour de la semaine qui est consacré à votre magnifique rubrique « le plat préféré de notre Guest ». Et notre Guest de ce jour est un Monsieur exceptionnel. Il a crée une véritable effervescence auprès de la jeunesse Camerounaise à Douala entre 2007 et 2009 grâce à son émission Nostamouv sur Nostalgie Cameroun 96 Fm. Une émission qui était suivie religieusement du lundi à vendredi entre 16h et 18h par les jeunes, et mettant en lumière la musique urbaine made in 237 et d’ailleurs. Il a stimulé ses auditeurs à créer des groupes à l’instar du shabba internationale avec leur concept 1 jeune 1 CD, les Intellos et bien d’autres groupes. C’était une émission de référence qui avait pris le contrôle dans le milieu urbain. Il a reçu dans son arène presque tous les artistes musiciens du Mboa et hors de nos frontières. C’était la belle époque, un souvenir que plusieurs jeunes du milieu urbain Camerounais ont en mémoire. Aujourd’hui, vivant en France, marié et père de trois adorables enfants : Milo 7 ans et les jumeaux Tyridge et Kahlan 5 ans, le grand animateur radio et télé Olivier NKU a répondu positivement à notre demande en nous dévoilant son plat préféré.


Bonjour Olivier NKU et bienvenu dans la rubrique « le plat préféré de notre Guest » sur BonappétitCameroun.com, alors quel est votre plat préféré ?

Honnêtement je considère que je ne suis pas compliqué en matière culinaire. J’aime beaucoup de plats, qu’ils soient africains, camerounais ou occidentaux… Mais en bon béti, car je suis originaire de la région du centre précisément de Mbankomo, mon plat préféré c’est la sauce d’arachide (Nfiang Owondo) accompagné du manioc en tubercules ou dans ses déclinaisons bâtons de manioc ou couscous. Hummm très bon !!!

Pour quelles raisons ? 

Comme toute chose qu’on aime, il m’est difficile de dire exactement pourquoi j’aime tant ce plat… Mais en tout cas il vraiment très bon !!! 

À quelle fréquence pouvez-vous consommer votre « Nfiang Owondo » avec son accompagnement ? 

Idéalement j’aimerais le manger deux fois dans la semaine. Mais vu que dans une famille il faut tenir compte des goûts de chacun, la fréquence est d’une fois dans la semaine avec possibilité d’en remanger le lendemain s’il y’en a encore. (Lol).

Où préfères-tu le manger à la maison ou au restaurant ?

À la maison bien-sûr ! Car il est vrai et dommage d’ailleurs que ce magnifique plat ne soit pas proposé dans des restaurants gastronomiques. Mais j’ai la chance d’avoir une épouse cordon-bleue, donc c’est elle qui avec maestria s’en charge.

Super !!! Et vous-même? Savez-vous tout de même cuisiner ce plat ? 

(Rire) Ah mais bien-sûr !!! Sans vouloir- me vanter j’ai moi aussi beaucoup d’aptitudes culinaires et certaines personnes, ma femme notamment peut parfaitement en faire témoignage.

C’est la fin de notre entretien Olivier, je vous remercie de nous avoir accordé quelques minutes et bonne suite à vous.

Merci à vous pour l’intérêt porté à ma modeste personne et bon courage dans votre entreprise. Never give-up !

Merci.

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST: MARTIN CAMUS MIMB

« Le met de pistache stimule mon appétit »

Citoyen Camerounais et fier de l’être, convolé et père de 4 enfants, Martin CAMUS MIMB rendu à ses 44 ans de vie sur cette terre est un fort exemple pour la jeunesse Camerounaise. Récompensé plusieurs fois par des cérémonies qualifiées et spécialisées, Il est l’un des meilleurs commentateurs et journalistes de sport du Cameroun et de toute l’Afrique, à force de volonté de passion et d’abnégation au travail. Il est patron de la toute première Radio de Sport au Cameroun RSI 92.3 FM.

En dehors du sport et des matchs de football, Martin Camus est un cinéphile, passionné de cinéma. Actuellement à Bruxelles, invité par le Fonds des Nations Unies pour la population,  Il a tenu à nous recevoir et à nous dévoiler son plat préféré hier avant de s’envoler.


Bonjour Martin CAMUS MIMB, toute l’équipe de BonappétitCameroun vous remercie de votre accueil. Ça fait plaisir de vous avoir comme Guest ce jour. Alors je vous laisse le soin de nous dévoiler votre plat préféré en donnant les raisons.

Moi je ne suis pas un bouffeur pour vous dire la vérité, je n’aime pas particulièrement manger, affectionner les plats, mais j’aime le met de pistache, oui, c’est le plat que j’aime le plus. Je crois que c’est parti du fait qu’étant petit,  le met de pistache était un met qu’on mangeait dans des moments très solennels avec notre grand-père et notre grand-mère. C’était des moments de fête, de fiançailles et de noël, des moments particuliers, je crois que finalement ça m’a marqué et j’aime bien l’accompagner avec du bâton de manioc.

À quelle fréquence pouvez-vous le consommer par mois ou par semaine ? Où aimez-vous le manger? à la maison ou dans un restaurant (Si maison, qui le cuisine ?) (Si resto, lequel ?)

Je peux consommer le met de pistache autant de fois que je peux. Généralement j’ai des mères et des marraines qui me le font, je le conserve dans des gamelles au frais, et on me le réchauffe tout simplement quand je veux le consommer. J’adore le déguster le plus souvent comme un met d’accompagnement aux autres différents plats, quelque soit ce que je mange il est toujours à coté quand je l’ai au réfrigérateur. Et il attise mon appétit.

 Savez-vous tout de même le cuisiner ?  

Je ne sais pas le cuisiner particulièrement, mais je sais juste que c’est du pistache écrasé avec du poisson ou n’importe quelle viande, mélangé avec quelques 2 ou 3 ingrédients et du sel, et qu’on met le tout  dans des feuilles, bref c’est ce que je vois faire, mais moi je ne l’ai jamais cuisiné personnellement.

 

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST : POLYCARPE ESSOMBA

Le plat de légumes passe avant tous les autres plats

Journaliste chevronné, correspondant N° 1 de RFI au Cameroun, promoteur de Afrik2, chaîne de Radio qui émet depuis, 3 ans bientôt, du coté de Yaoundé, oui ce sont les différentes casquettes de notre Guest de ce jour. Polycarpe ESSOMBA est un nom bien connu de la sphère médiatique du pays et même au-delà de nos frontières. Sympathique, discret et observateur, Polycarpe ESSOMBA est un homme très ambitieux, il a su allier détermination, force et courage pour pouvoir être où il est actuellement.  Il a commencé dans cet univers de la presse au sein de radio SIANTOU quand il était encore étudiant à l’Université de Yaoundé I. Ensuite, il est allé à Douala travailler pour Equinoxe Télévision pendant presque 8 ans en tant que Rédacteur en Chef. Et aujourd’hui il pilote parfaitement sa chaîne de Radio qui est une initiative personnelle.


Bonjour Polycarpe ESSOMBA, merci d’avoir accepté être notre Guest de ce jour. Alors c’est quoi votre plat préféré ?

Je n’ai pas de plat préféré de manière spécifique, mais  je suis très légumes, j’aime beaucoup les légumes, permettez-moi juste de l’indiquer. Je les consomme sous toutes ses formes, selon toutes les cultures, autant les légumes fait à la mode des gens du centre, bref, tous les plats qui sont fait à base de légumes que chaque région propose sont les bienvenus.

Pour quelle raison Monsieur ESSOMBA ?

Tout simplement parce que j’ai été élevé aux feuilles et c’est resté très doux à mon palais, très doux à ma langue.

À quelle fréquence pouvez-vous le consommer par  mois ou par semaine ? Où aimez-vous le manger, à la maison ou dans un restaurant (Si maison, qui le cuisine ?) (Si resto, lequel ?) Savez-vous tout de même le cuisiner ?  

J’en consomme aussi souvent que possible. Pas tous les jours malheureusement parce qu’avec l’activité que je mène, je suis tout le temps appelé à me déplacer. Donc je ne mange pas toujours ce que je choisis de manger, ou bien  je mange ce que je peux attraper vite fait. Mais quand je peux être posé à la maison que ce soit en semaine ou le weekend, je commande un plat aux légumes, et ma ménagère me le cuisine, parfois c’est ma compagne qui se prête à cette tâche de me cuisiner un bon plat de légumes. Moi personnellement, je ne connais pas comment ça se passe, je ne sais pas comment le cuisiner ( rires ).


Vous êtes désormais fixés, si vous souhaitez inviter Polycarpe ESSOMBA à déjeuner, rassurez-vous qu’il y’ait un plat fait à base de légumes.

Je vous donne Rendez-vous  la semaine prochaine avec une nouvelle Guest qui nous dévoilera son plat préféré.  Je vous aime très chers abonnés.

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST : MARIE-FLORE AMASSANA

«… Je peux le déguster trois fois par semaine…»

Marie Flore AMASSANA est une jeune camerounaise qui a toujours espéré être journaliste et par la grâce de Dieu a pu réaliser son rêve. Amoureuse de ce métier depuis l’âge de 7 ans, elle se projetait, en simulant la présentation des journaux radios et télévisés.

Chemin faisant, petit à petit, en classe de 4ème, elle se voit confier une rubrique du journal de son établissement et assure la présentation des soirées scolaires. Le talent y est, la passion y est, mais c’est à l’université que l’envie de se lancer véritablement dans ce métier se manifeste. Ayant des modèles comme Anne Marthe MVOTO, Denise EPOTE et Barbara ETOA, elle ne pouvait que réussir.

Elle participe ainsi à plusieurs séminaires pour mieux appréhender les principes théoriques du métier et écume les studios pour mieux les mettre en pratique. Soucieuse du travail bien fait, elle s’occupe du secrétaire de rédaction Journal Cameroon University News.

C’est dans la ville de Douala qu’elle viendra éclore tel un papillon en 2011, et travaillera avec Cyrille BOJIKO pour le projet Radio Balafon. Jusqu’à l’heure actuelle, l’aventure continue au sein de ce grand média chaud et présentement elle occupe le rang de Directrice Générale. Très belle personne à l’intérieur comme à l’extérieur, ouverte et aimable, Marie Flore a accepté participer à la rubrique « Le plat préféré de notre Guest ».


Bonjour Marie-Flore AMASSANA, toute l’équipe de Bonappétit Cameroun est très ravie de vous avoir comme Guest dans notre rubrique.

Alors la question fétiche puisque c’est l’objet même de cet échange! Quel est votre plat préféré ? Et pour quelle raison ?

Mon plat préféré, c’est le couscous sauce gombo. Je crois que c’est ma culture Bafia qui m’amène à aimer ce plat que je peux d’ailleurs manger 3 fois par semaine pour ne pas exagérer… Lol !!!

Plat de couscous + sauce gombo

 

Où aimez-vous le manger, à la maison ou dans un restaurant.(si maison, qui le cuisine ?) (Si resto, lequel ?)

Je préfère le manger à la maison. Parce que je prends tout mon temps et je peux croquer les os.

En train de déguster son plat de couscous sauce + gombo.

Savez-vous tout de même le cuisiner ?

Oui, je sais cuisiner ce met. Au niveau de la particularité, je le fais au moment de bouillir la viande avec des condiments qui donnent envie à tout passant de s’arrêter devant ma cuisine.

Préparation

Préparation 2


Vous savez dorénavant le petit péché mignon en terme de gastronomie de Marie-Flore AMASSANA, ce fut un plaisir de partager avec vous son plat préféré et rendez vous la semaine prochaine pour une autre édition. Votre Guest, une surprise comme toujours !

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE PLAT PRÉFÉRÉ DE NOTRE GUEST : M. PAUL MAHEL

Impossible de résister devant un bon plat de Bekwang ( Macabo râpé )

Lire la suite

Share Button