Archives de catégorie Articles

ParBlanche Nathalie

MON COUP DE CŒUR DE LA SEMAINE: CHEZ HAÏRA WALET

Je suis déjà rentrée chez moi à Yaoundé. J’ai une question à vous poser : Avez-vous la possibilité de participer à une rencontre de nourriture en groupe tous les jours ? Je me permets de répondre « non » à votre place. Moi noh, partout où je vois la nourriture, je suis « sauf, et seulement que sur ça » comme on dit chez nous. 
N’est-ce pas, dimanche dernier, je décide de vivre une expérience du « mangement » en groupe. Demandez-moi que c’était où ? Mamaééé Chez Haira Walet, la mère de la suspension. Si tu ne connais pas le concept de la « suspension culinaire » hein, c’est que toi-même là hein, tu n’es pas au Cameroun. 
Me voici qui prend mon taxi, direction Gendarmerie Nationale, au SED. Est-ce que je connaissais alors le lieu ? c’était ma première fois d’y aller. Mais comme j’ai le flair et que j’ai déjà quand même aperçu le restaurant sur certaines photos dans les réseaux sociaux. N’est-ce pas, je repère la petite maisonnette en paille, tout juste derrière un kiosque de Lotto. Je m’y rends. Bingo ! C’était l’archipel de la suspension. Déjà bondé, je me précipite pour saluer la reine des lieux, la « pro » de la suspension, j’ai nommé Haira Walet Ahmad.


Je me présente, et elle est contente de voir enfin Bonappétit Cameroun . Tellement conquise par l’accueil chaleureux et le sourire de cette dernière, je vais tout de suite prendre une place. Le décor me captive, bien pensé. La maisonnette en paille, le nappes Afritudes, bref ça me rappelle la forêt. 
Ce jour-là, c’était un menu spécial : De la suspension de eru accompagnée de ses boules de couscous + viande + crevettes ; De la suspension de poisson poêlé avec des frites de plantains avec comme accompagnement des légumes ; De la suspension de poulet braisé avec des frites de plantains + légumes également ou crevettes. Comme boisson, que des jus naturels, et nous avons eu droit au jus de corossol et à un cocktail de fruits.
Sans hésiter, j’ai pris de la suspension de eru et je ne regrette d’ailleurs pas. Massah le plat était bien chargé, rien qu’en regardant ton plat, tu te sens déjà rassasiée. Orrrrr, la présentation, elle connaît sa chose « sur ça » : bien présenté, suspendu sur des feuilles de bananier et des couverts en bois, c’est d’ailleurs ce qui fait sa particularité.

Sa cuisine alors hein, c’est exactement ce qui prouve que la cuisine camerounaise est la meilleure du « monde mondial ». « Délicieuse » n’est pas l’adjectif adéquat pour qualifier ses repas. Il me faut une expression au-dessus de cet adjectif. Je cherche encore d’ailleurs. Dès que je trouve ce qualificatif, je vous ferai part. En attendant, vous pouvez me proposer quelques expressions hein! hihihihi.
Laissez-moi vous confirmer qu’elle cuisine sans cube, comme à l’époque de nos grands-parents. Juste du sel épicé et le goût fait voyager les papilles gustatives vers le ciel après le septième.
Le prix de ses plats varie entre 2500 et 5 000 FCFA, vous pouvez même faire des combinaisons de menu. Ça dépend de votre appétit, ce que vous souhaitez déguster.
Le verre du jus naturel coûte 1000 FCFA et vous avez la carafe à 3 000 FCFA. 


Oui, je recommande ce restaurant, c’est mon coup de cœur de la semaine. Donc, je vous invite également à aller suspendre. Un petit conseil pour ceux qui n’aiment pas patienter, appelez et réservez avant d’y aller.
Je vous donne rendez-vous jeudi prochain. Portez-vous bien.

Share Button
ParBlanche Nathalie

MA SPÉCIALITÉ CULINAIRE: LE PILÉ DE PLANTAIN

La recette by Paty Ebenye

Le pilé de plantain, un plat très simple à réaliser. Allons sur la base de 4 personnes et comme ingrédients nous avons besoin de :
500 g de haricots noirs secs (ou rouges ça dépend de votre préférence)
8 doigts de plantains mûrs (mais encore bien fermes)
Du sel 
250 ml d’huile de palme rouge 
Du piment (facultatif)

Pour la préparation c’est très simple :

La veille, trempez les haricots dans une grande quantité d’eau.
Le lendemain, égouttez les haricots et jetez l’eau de trempage. 
Mettez-les dans une grande casserole avec beaucoup d’eau et posez sur le feu. 
Laissez ainsi cuire les haricots noirs à feu moyen.
Après 1 heure de cuisson, ajoutez les plantains préalablement lavés sans les éplucher. 
Laissez l’ensemble cuire encore 1 heure. 
Égouttez les haricots et épluchez les plantains.
Mettez les plantains et les haricots dans un mortier et pilez le tout.
Faites chauffer l’huile de palme sans la blanchir juste pour la liquéfier.
Lorsque l’huile est chaude, versez-la sur le mélange de plantains et haricots noirs.
Salez et pimentez si vous le voulez, mélangez intimement l’ensemble et servir chaud.
Ce mets est un vrai délice. 
Vous pouvez aussi former des galettes avec la purée que vous assécherez dans une poêle.

Share Button
ParBlanche Nathalie

MON COUP DE CŒUR DE LA SEMAINE : LA MAISON DU CAFÉ

C’était alors une sortie improvisée.
Je sors du boulot pendant ma pause, je vais remettre un colis à une amie pour un autre ami. Et arrivée là-bas, elle m’a carrément kidnappé et embarqué. J’avoue, elle est d’ailleurs celle qui me fait découvrir ce lieu. Oui, c’est fou, mais c’est vrai, elle se moquait même de moi. 
La très joviale et aimable Sue Loga de Gypsue. Votre Blog de Voyage et de Partage, qui vous fait découvrir des destinations à travers le monde, grâce à ses expériences voyages.


Je la vois interpeller un taxi et donner comme destination: « La Maison du café à la montée Anne rouge» . 
J’espère que vous savez que je suis toujours à Yaoundé hein, parce qu’entre temps, je n’ai pas quitté ma ville.
Je me dis intérieurement :  » D’accord. Le café en plein midi avec cette pluie, bah ça peut le faire » .
Le taxi nous dépose juste après le carrefour, et juste en face du prêt-à-porter, je peux directement lire en gros caractère «La Maison du Café ».


Nous entrons, je trouve l’espace petit, ignorant qu’il y a un autre espace à l’étage. Et tout de suite, elle me dit: « Montons, allons à l’étage, c’est mieux» . Le serveur nous fait comprendre qu’on passe d’abord la commande en bas, avant de monter.
Et à Sue de répondre : « Nous allons revenir pour commander, nous voulons d’abord nous installer. » Bref.
Je découvre l’étage et je suis impressionnée comme d’habitude. L’espace est très convivial, on s’y sent directement en confiance, comme à la maison. 


Waouh, j’adore. Reposant, chic, super pour des déjeuners d’affaires parce que, quand on y est les idées fusent de partout.
Alors, nous sommes allées consulter le tableau de menu au bar et ce jour, j’ai pris un « Ice Black Coffee » et Sue a pris un « Ice Caramel Latte ». Nous avons accompagné cela d’un cake à l’orange.
Notre facture était allée à plus de 3 000 FCFA. Et pour deux personnes, c’est largement économique.


Alors à la maison du café, vous trouvez un café, 100 % camerounais, 100 % planté, cueilli, lavé et séché par leurs soins. Également, toutes les compositions de café chaud ou froid.
Des cakes à l’orange, banane… à 1000 FCFA, au Chocolat à 1200 FCFA.
Des verres de jus naturel à 1000, 1 500 FCFA
Des Sandwichs et Burgers, salades, omelettes et bien d’autres. La liste est longue, je préfère m’arrêter là et vous laisser le soin d’aller découvrir vous-même.
La moyenne des prix là-bas, c’est entre 2 000 et 3 000 FCFA, accessible à tous. Vous convenez avec moi?
Un petit secret, avant de se quitter, depuis ce jour, je passe presque toutes mes pauses là-bas, c’est devenu ma maison, carrément.

Share Button
ParBlanche Nathalie

MON COUP DE CŒUR DE LA SEMAINE : LE 50/50

Salouté salouté salouté

Aujourd’hui, c’est une histoire de quoi?
De 50-50 

J’aime les jours comme ça.
Taxi 300 FCFA brique ! Me voici dans le taxi, je vais à la brique. Briqueterie si vous voulez hein. Au quartier Tsinga. 
Je m’y rends pour quelle raison même ? Hum, juste parce que j’ai subitement envie de manger du 50-50, du soya. Envie de femme enceinte ? Je ne sais pas. 
Pour ceux qui ne savent pas, le 50-50, ce sont de petites brochettes de viande de bœuf que les vendeurs commercialisent à 50 FCFA la brochette.
Pour la petite histoire, la brique, c’est le fief ! Comme à Douala, il y a le ministère du soya à Bojongo. Ici, à Yaoundé, nous avons la briqueterie, le 50-50. Et quand on s’y rend d’ailleurs, on dit : « Je me rends au 50-50.»
Bref, c’était une petite parenthèse.

Arrivée à ma destination finale, je descends du taxi, mais j’ai tout suite l’embarras de choix, ils sont nombreux qui se présentent à moi. Je vais vers quel wadjo ? Je ne sais point.
Pourquoi le terme « wadjo » ? Parce que c’est ainsi qu’on appelle les personnes originaires du septentrion au Cameroun. Et laissez-moi vous confirmer que ce sont des spécialistes de la braise et la vente de viande grillée chez nous. 
Ils vous proposent soit de la viande de bœuf, soit de la viande du mouton, avec un assaisonnement composé de sel, aromates et mélange de tomate oignon poivron cuit préalablement sous forme de sauce. Je n’oublie pas le kankan, cet ingrédient clé du soya qui ne manque jamais. C’est un peu comme le riz avec la sauce noh. 

Je décide de faire mon choix par élimination sur la base de plusieurs critères. Tout d’abord, je me base sur les conditions d’hygiène et environnement physique, mais je constate que c’est peine perdue, tous sont pareils. 
Donc, si vous allez là-bas pour manger dans un décor propre, bah, restez chez vous.
Finalement, je décide d’aller chez un, au hasard. Il est très accueillant avec le sourire au coin, malgré le fait qu’il soit en train de s’occuper de sa viande. Il me demande ce que je désire et si je le veux sous forme de brochettes ou paquet ? Comme j’adore me sentir traiter comme une princesse, je dis paquet de viande de mouton et celui de viande de bœuf. 

Je patiente pendant 10 à 15 minutes et je suis tout de suite servie.
Je prends mes paquets et je profite pour prendre également du kilichi en face. Puis direction maison. 

Inutile de vous dire que ce fut un régal.
Ah oui ! Si vous êtes à Yaoundé, le 50-50 est à votre disposition. Vraiment à la portée de tous.
Mais soyez très prudents quand vous y allez parce que ça ne blague pas de ce côté-là.

Share Button
ParBlanche Nathalie

MON COUP DE CŒUR DE LA SEMAINE : LE KILANTA

Voici une fille qui veut faire les choses que les acteurs de Tourismo Cameroun font souvent. C’est-à-dire allez découvrir les villes de son pays. N’est-ce pas, je décide de prendre aussi la vibe. Même si je devrais avoir un peu honte de moi, car une « Vielle fille » comme moi a déjà seulement visité quatre villes de son pays. Une maigre cagnotte à mon actif. « Yeushhh Nathou » ! Et tu oses même avouer ça fort hein.

Me voici noh, je me dis : « je ferai une grande première ». N’est-ce pas, je décide d’aller à Maroua. Je savais même que je partais où ? Demandez-moi aussi ? 
Déjà, le voyage fut vraiment désagréable. Plus de 24 heures de trajet. Je donne le café à ceux qui pratiquent ce trajet régulièrement. Je ne sais pas si je pourrais de nouveau accepter de faire ce voyage. Une fille a d’abord un derrière comme la planche à découper. Et rester assise encore pendant des heures, ça va ramollir ce qui me reste comme derrière. Durant tout ce long périple, je sens que j’ai perdu sept kilos sur la chair de mon postérieur.Lol !!!

Heureusement que la découverte d’un restaurant m’a fait oublier ce voyage cauchemardesque. Il s’agit du restaurant Kilanta situé au quartier Domayo, à l’Avenue de Kakatare. C’est un restaurant fantastique avec une belle architecture et une décoration africaine. Vous avez également de l’espace en plein air, pour ceux qui aiment être en symbiose avec la nature.
Un personnel accueillant et à votre entière disponibilité. Pas de carte de menu, le menu du jour est affiché sur un tableau noir.


Ce jour, j’ai commandé un plat chaud de mouton printanier avec des frites de plantains et la facture était seulement de 2500 FCFA.

J’ai apprécié, car la cuisine était bien faite, repas bien assaisonné et aromatisé. J’ai trouvé le cadre propre, le service de qualité, le temps d’attente pas mal, car 30 minutes après avoir passé ma commande, le serveur m’a ramené mon plat. 
Ce fut une très belle découverte, donc si vous êtes du côté de Maroua, plus précisément à Domayo, je vous invite à aller faire un tour de ce côté-là.

À bientôt.

Share Button
ParBlanche Nathalie

LA BETTERAVE CE LÉGUME NÉGLIGÉ POURTANT TRÈS EFFICACE

Ses bienfaits sur la santé

Hello mes #BonapPeeps consommez-vous de la betterave ? Soyez honnêtes!
Nous avons tendance à oublier ce légume très intéressant avec de nombreux bienfaits sur la santé.
Antioxydante, riche en vitamines et minéraux, la betterave est une alliée naturelle pour préserver sa vue et maintenir une bonne santé cardiovasculaire.
Invitons le plus souvent ce légume-racine dans nos menus, car il préserve la santé du cœur (renferme 266 mg de potassium aux 100 g, et des antioxydants).

La betterave contribue à prévenir le cancer, car elle doit sa couleur à un pigment, la bétanine (cette substance favorise la destruction des cellules cancéreuses et évite qu’elles se multiplient.), explique la diététicienne. 

Outre la bétanine, elle renferme des flavonoïdes, de puissants antioxydants.
La betterave améliore la performance sportive. Le jus de betterave renferme des nitrates qui sont transformés par le corps en nitrites puis en monoxyde d’azote qui « aide les muscles à consommer moins d’oxygène lors d’un effort sportif, et les rend plus efficaces », souligne la diététicienne.
Pour un résultat positif, il faut boire un grand verre de jus de betterave plusieurs jours avant la compétition et le jour même, environ 2 heures avant.

La betterave préserve la santé des yeux. Ses feuilles se consomment comme du ndolé ou folon. Elles renferment des caroténoïdes comme la lutéine et la zéaxanthine, de puissants antioxydants.

Share Button
ParBlanche Nathalie

MA SPÉCIALITÉ CULINAIRE: POULET BASQUAISE

« C’est simple et facile à concocter »

Bonappétit Cameroun, merci de me laisser m’exprimer sur votre plateforme en vous livrant la recette du plat que je maîtrise. Il s’agit du poulet basquaise. C’est simple et facile à concocter. Comme ingrédients, nous avons besoin de :
  • 1 poulet coupé en morceaux
  • 10 grosses tomates 
  • 3 poivrons (verts et rouges de préférence)
  • 3 oignons émincés
  • 3 gousses d’ail émincées
  • 1 quart de verre de vin blanc
  • 1 bouquet garni d’herbes de Provence
  • 7 cuillères à soupe d’huile végétale
  • Du sel et poivre.

* Hachons l’oignon et l’ail. Coupons les tomates en morceaux et détaillons les poivrons en lanières.
* Faisons chauffer 5 cuillères à soupe d’huile dans une cocotte. Y faire dorer les oignons, l’ail et les poivrons. Laissons cuire pendant 5 minutes.
* Ajoutons les tomates à la cocotte, salons, poivrons. Couvrons et laissons mijoter pendant 20 minutes environ.
* Dans une autre marmite, faisons dorer dans notre huile végétale, nos morceaux de poulet salés et poivrés.
* Lorsqu’ils sont dorés, les ajouter aux condiments, ensuite couvrons, puis ajoutons notre bouquet garni d’herbes de Provence et notre quart de vin blanc. 
Et c’est parti pour 35 minutes de cuisson.
À consommer avec vos envies. Je vous laisse le choix ! 

Share Button
ParBlanche Nathalie

11 ALIMENTS PAS COMPATIBLES AVEC LE RÉFRIGÉRATEUR

Évitez de le mettre dans un réfrigérateur

Hello mes #BonapPeeps, la prochaine fois que vous rentrerez à la maison avec vos aliments après vos courses, pensez s’il vous plaît, avant de mettre toutes vos emplettes dans votre frigo, car il y a des aliments qui n’aiment pas du tout le froid, à l’instar de :

Tomate
Lorsqu’on met les tomates au frigo, les membranes des parois cellulaires sont endommagées, ce qui crée une texture globalement farineuse et molle. Soulignons que la température basse enlève l’arôme et le goût de ce fruit délicat. La meilleure façon de conserver les tomates est sur le comptoir, hors de la lumière du soleil, avec la tige vers le haut pour minimiser les contusions.

Basilic
Il se marie bien avec la tomate et il a une réaction similaire au froid, soit, il va se faner prématurément. On le garde comme un bouquet de fleurs, dans un verre d’eau, loin du soleil. Si vous en avez acheté trop, bah, faites-vous un pesto.

Pomme de terre et patate douce
La température froide transforme l’amidon en sucre. Cela leur donne un goût sucré étrange, une couleur terne et une texture désagréablement granuleuse quand elles sont cuites.
Il faut donc les conserver dans un endroit frais mais sec, à l’abri de la lumière. Si possible, dans des sacs en papier (le plastique emprisonne l’humidité et accélère la décomposition.).

Ail
Dans le frigo, les gousses vont germer. Il faut plutôt les garder dans un récipient frais, sec et aéré.

Oignon
L’oignon devient mou dans l’humidité du réfrigérateur et il a également tendance à transmettre son arôme sur les produits placés dans les environs.
Il est donc préférable de garder les oignons dans un endroit sec, mais loin des pommes de terre, sinon ils vont tous les deux se détériorer rapidement.

Banane
La plupart des gens gardent ce fruit dehors au comptoir. La raison est surtout que la banane noircit au froid, mais elle restera bonne à la consommation.

Fruits à noyau
Laissez les prunes, avocats, etc mûrir à température ambiante, et ne les réfrigérez pas. S’ils sont mûrs et vous ne pouvez pas les consommer tout de suite, alors vous pourrez les placer dans le bac à fruits du réfrigérateur pendant quelques jours supplémentaires.

Huiles
Elles vont devenir plus épaisses et troubles dans le réfrigérateur, bien que ces soucis disparaissent quand vous les sortez. À l’exception des huiles de noix (qui peuvent rancir très rapidement et qui doivent être réfrigérées), on garde les huiles au garde-manger.

Café
À l’exception des huiles de noix (qui peuvent rancir très rapidement et qui doivent être réfrigérées), on garde les huiles au garde-manger. On le garde dans un contenant hermétique dans le garde-manger ou dans le congélateur.

Pain
Le pain perd son humidité plus vite dans le réfrigérateur. Il est préférable de garder au comptoir ce qu’on peut manger dans les prochains jours et congeler le reste.

 

Share Button
ParBlanche Nathalie

ASTUCES POUR NETTOYER SA PLANCHE À DÉCOUPER

Comment nettoyer sa planche à découper ?

Les planches à découper sont des nids à microbes si elles ne sont pas bien désinfectées ! C’est pourquoi il est important d’avoir une planche à découper propre pour éviter la prolifération de bactéries.
Chers #BonapPeeps, vous avez le choix entre le citron, le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude.
Comment ça marche ? Alors procédons produit par produit.

Commençons avec du citron :
Voici deux astuces à base de citron pour nettoyer efficacement votre planche à découper.
Pour la nettoyer et la désodoriser : celle-ci avec un 1/2 citron.
Pour la désinfecter : Pressez 1 citron directement sur la planche et laissez agir le jus pendant 15 minutes.

Avec du vinaigre blanc, c’est simple :
Vaporisez du vinaigre blanc pur sur votre planche à découper. Laissez agir quelques minutes puis frottez avec une petite brosse. Rincez et essuyez. L’acide acétique présent dans le vinaigre va lutter contre les bactéries.

Et enfin, avec du bicarbonate de soude, c’est pour les traces de légumes et de viandes qui sont beaucoup plus tenaces :
Déposez un peu de bicarbonate de soude sur la surface de la planche, laissez agir pendant quelques minutes et frottez avec une éponge humide. Après avoir essuyé la planche, admirez le résultat !

Avant de partir, laissez-moi vous donner quelques conseils de grands-mères:

  • Il est vivement conseillé d’avoir une planche pour la viande, une pour le poisson, et une pour les légumes. C’est le meilleur moyen d’éviter les contaminations croisées.
  • Si votre planche à découper est en plastique, n’hésitez pas à la mettre dans un lave-vaisselle, si vous en avez bien sûr. 
  • Si votre planche présente trop de rayures, elle sera plus sujette à développer des bactéries. Par conséquent, changez-la rapidement.
Share Button
ParBlanche Nathalie

COMMENT DÉTARTRER SA BOUILLOIRE / THÉIÈRE ?

Si une personne avale accidentellement quelques morceaux de tartre provenant du fond d’une bouilloire ou théière électrique ou simple, il ne lui arrivera rien de grave. Mais si cette personne boit régulièrement du thé ou du café contenant des morceaux de tartre, les sels dispersés dans l’estomac commenceront à pénétrer dans les vaisseaux sanguins, les reins et d’autres organes internes. 
L’excès de sels s’accumulera dans les articulations, bouchera des vaisseaux sanguins, et pourra même conduire à la formation de calculs rénaux.

De plus, le tartre est un mauvais conducteur de chaleur, donc plus il s’accumulera dans le fond de votre bouilloire ou théière et moins elle chauffera rapidement.

Enfin, la plaque de tartre peut entraîner une défaillance de votre ustensile de cuisine.

Pas de soucis très chers #BonapPeeps, j’ai une astuce simple et facile pour y remédier.

Vous pouvez facilement détartrer votre bouilloire ou une théière à l’aide de vinaigre, d’acide citrique ou de bicarbonate de soude.

Mais nous allons plutôt utiliser du vinaigre, facilement accessible et toujours présent chez nous.

Faites bouillir un mélange d’eau et de vinaigre (à parts égales). 
Puis, videz la bouilloire et les dépôts de calcaire.


Share Button