Archives de catégorie Actualités

ParBlanche Nathalie

PAROLE DU CHEF : AVEC CLAIRE LUCE ANGOUANDE

Nous sommes allées à la rencontre de Claire-Luce Angouande, une journaliste de profession à Radio Balafon. diplômée de communication à l’université de Douala, mariée, mère d’enfants. Et fan inconditionnelle des légumes, elle a décidé de se lancer dans ça.

1. Pourquoi t’es-tu lancée dans ce secteur d’activité, autrement dit, quelles ont été tes motivations ?
J’ai observé mes collègues qui aiment manger à midi des repas traditionnels (Ils étaient d’ailleurs mes premiers clients.) J’ai apporté du Sanga lors d’un apéro à des amis pour l’anniversaire d’un groupe WhatsApp « délire de presse » de professionnels de la communication et des médias. Ces derniers ont trouvé le nom de la maison du Sanga ainsi que le slogan « Sangastikement bon ». Ensuite, j’ai mené des enquêtes sur le commerce en ligne et surtout la livraison de repas traditionnels. Des vendeurs existent déjà, mais le secteur est encore embryonnaire. J’ai mon filleul qui a conçu les visuels pour me motiver. Donc je me suis lancée.

2. Et pourquoi avoir choisi comme spécialité l’Okok et le Sanga uniquement quand on sait que le Cameroun a une diversité culinaire énorme ?
Je suis Ngoumba, j’ai grandi à Mbankomo, je suis mariée en zone Sawa. Une foison de culture certes qui n’a pas enlevé ce que je sais faire de base à savoir le Sanga et l’Okok. À Douala, on ne vend pas le maïs partout j’ai d’ailleurs passé des années ici à marcher dans des coins bizarres pour trouver un bon Sanga. Donner envie aux autres d’en consommer dans un meilleur format et un cadre qui leur convient sans se déplacer a été ma motivation.

3. Parle-nous du mécanisme de ton activité ? Comment ça se passe ?
Je procède majoritairement en pré-commande. Nous livrons tous les mercredis en format plat. Et les autres jours y compris le mercredi, nous livrons des marmites en fonction des exigences des clients.

4. Quel est le meilleur moment de ton activité ?
Le mercredi, quand il y a une forte pression de livraison dans toute la ville de Douala. De Douala V à Douala I en passant par Douala III, IV et II. Les distances sont souvent énormes. Nous travaillons d’ailleurs aujourd’hui en collaboration avec une entreprise spécialisée dans la livraison « Chap Chap Services ». Lorsque la journée s’achève et qu’on souffle sans avoir de commande renvoyée pour livraison tardive, on dit Amen.

5. As-tu déjà eu à rencontrer des clients difficiles ? Des clients qui changent d’avis au moment de la livraison ? Si oui, comment les gères-tu ?
Des clients difficiles oui beaucoup. Je les considère comme des clients à apprivoiser. Certains sont très difficiles, mais après deviennent de grands clients. D’autres sont tout simplement belliqueux et ne veulent entendre ni excuse, ni explication, rien du tout. Certains promettent même de nuire à votre image malgré toutes les démarches qu’on peut entreprendre pour les calmer. Donc vous pouvez parfois déplacer le livreur qui arrive, la personne ne décroche pas et puis vous dit que vous êtes arrivé tard puis renvoie la commande. Donc vous avez un repas sorti que vous perdez, le transport du livreur à gérer. Et le client ne veut rien entendre. Ils sont d’ailleurs nombreux qui considèrent les acteurs de ce secteur d’activité comme des moins-que-rien. Les clichés sont nombreux. En bref, des jours le moral est sapé et d’autres, on considère comme un challenge pour notre évolution.

7. Comment te projettes-tu dans cette activité ?
J’envisage des points de consommation… Je n’en dis pas plus pour l’instant.

8. Quel conseil peux-tu donner aux personnes qui souhaitent se lancer dans ce domaine ?
D’être persévérant et très courtois avec les clients.

9. C’est quoi ton plat préféré ?
Couscous sauce gombo. Des repas gluants comme le Nkui, le Mbol.

10. Une astuce à partager avec nos abonné(e)s…
Ne pas conserver les noix de palme crues dans le congélateur. Cela dénature la qualité de la pulpe, et même le goût.

11. Avant de nous quitter, tu es obligée de faire un choix entre le Sanga et l’Okok ? Que préfères-tu ? 
Le Sanga.

Merci Claire Luce ANGOUANDE épouse EMANDE. Alors très cher(e)s abonné(e)s, vous pouvez passer vos commandes en contactant le 694402898 et le 679643846 ou via la pge Facebook officielle La maison du SANGA et de l’OKOK

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE POIREAU,CE LÉGUME QUI NE MANQUE JAMAIS DANS MA CUISINE

SAIS-TU POURQUOI ?

Le poireau fait partie de la même famille que l’ail et l’oignon, c’est un légume très résistant avec des arômes plus délicats que ceux de l’oignon. On le retrouve toute l’année sur les étals de marché. Sa saveur délicate et subtile agrémente à merveille les salades et les soupes.
Les poireaux contiennent beaucoup de vitamines, des oligo-éléments (calcium, manganèse, phosphore…) et beaucoup d’eau, mais sont faibles en calories.
S’il est vrai que le poireau est utilisé comme légume dans nos préparations, il comporte également des vertus médicales reconnues. Vous pouvez également le consommer en jus pour bénéficier de ses nombreuses propriétés :

AMÉLIORE L’ACTIVITÉ NERVEUSE.
Le phosphore, la folate et le magnésium sont des substances au bon fonctionnement du système nerveux et aident à améliorer la concentration, la mémoire et la gestion des informations par le cerveau.

PURIFIE L’ORGANISME.
Sa plus grande caractéristique réside dans son action purifiante sur l’organisme dans son entier, puisqu’il aide à éliminer les toxines en stimulant le nettoyage du colon.

RÉGULE LE TAUX DE CHOLESTÉROL.
Il aide à réduire l’absorption du cholestérol par l’intestin.

RÉGULE LA TENSION ARTÉRIELLE.
Le jus de poireau est recommandé aux personnes souffrant d’hypertension, car, riche en potassium un minéral essentiel qui stimule la diurèse et, aide à faire baisser et à réguler la tension artérielle.

FAVORISE LA DIGESTION.
Il peut aider à réguler le système digestif et améliorer la motilité intestinale grâce à sa forte teneur en fibres. Également, il aide à repeupler avec de bonnes bactéries la flore du colon de sorte que votre digestion peut s’en trouver améliorée et vos ballonnements réduits en cas de consommation régulière.

EFFET APHRODISIAQUE
Faites le jus de poireau et céleri pour stimuler votre ardeur.

Le jus de poireau s’associe très bien avec le céleri et la carotte.
Comme contre-indication, nous n’avons pas grand chose sauf qu’une personne allergique à un légume appartenant à la famille des alliacées, peut aussi déclarer une allergie au poireau. Aussi, du fait de la présence d’oxalates dans les poireaux, certaines personnes doivent limiter leur consommation afin de limiter les risques d’apparition de calculs rénaux ou urinaires.

Ornella Yepmou

Share Button
ParBlanche Nathalie

LA PAROLE DU CHEF : AVEC REN DA BY ORNELLA YEPMOU

Aujourd’hui dans la parole du chef, notre collaboratrice Ornella est allée à la rencontre de l’artiste musicienne REN DA. Vous vous posez sûrement la question de savoir pourquoi elle ? Bah tout simplement parce qu’en-dehors de son talent de chanteuse, elle est également cheffe, oui propriétaire d’un restaurant qui ré-ouvre d’ailleurs ses portes demain des 12 heures précise. Son restaurant s’appelle la petite Bantoue et est situé à Mimboman Shakespeare, vers l’église de la maetur, nous sommes bien là à Yaoundé.

Bonjour REN DA, comment vous retrouvez vous dans la restauration ?
Je vais dire que c’est inné. Ma maman était une grande cuisinière, et c’est à travers elle que j’ai eue cet amour pour la cuisine.  J’y suis depuis mon enfance, je l’ai choisi par passion, parce qu’il faut aimer ce qu’on fait. Au fil du temps, cela m’a conduit au professionnalisme et m’a donné l’envie de faire de la cuisine un métier. Professionnellement parlant, je suis opérationnelle depuis plusieurs années. J’ouvre d’ailleurs mon tout premier restaurant il y a 7 ans.

Qu’avez-vous cuisiné pour la première fois ?
Mon premier plat ? (rire) c’était le mbongo tchobi un met de chez moi. Du mbongo de poisson et j’adore le cuisiner. 

Comment travaillez vous votre visibilité ?
Pour ce qui est de ma visibilité, j’essaye de la travailler avec l’aide de mes ami(e)s et nombreuses personnes qui me soutiennent. Je dirais que partout où je suis capable de passer pour essayer de me faire vendre, je le fais. Radio, télé, presse écrite, internet avec l’avènement des réseaux sociaux bref, sur toutes les plateformes possibles, tout ce qui peut me vendre

Waouh ! Vous mettez toutes les chances de votre côté. Et si vous nous parliez des difficultés que vous avez rencontré dans vos débuts.
Rien n’est facile, tous les débuts ont toujours été difficiles, très compliqués, avoir de la clientèle et la fidéliser n’est pas chose facile. C’est en commettant des erreurs qu’on essaie d’apprendre. Aujourd’hui, j’apprends de mes erreurs, mais ce n’est pas évident parce que dès le départ, il faut faire asseoir le projet, chose qu’on ne fait généralement pas au début. La preuve, je suis à mon troisième restaurant. Le deuxième, je venais de le fermer à Tropicana, parce que l’endroit , du moins le coin n’était pas assez commercial et il fallait changer. Là, je l’ai changé, j’ai changé de quartier. Je suis en train d’ouvrir un autre restaurant, de déplacer le restaurant d’un quartier à un autre. Je le ramène à Mimboman Shakespeare vers l’Eglise de la maetur. Il y a énormément de choses, mais de nos erreurs, on apprend. Aujourd’hui par exemple, je sais qu’il faut mener une étude de marché, bien choisir le coin, monter un business plan, ce que je ne faisais pas avant.

En dehors de la restauration avez-vous d’autres activités ?
En dehors de la restauration, je suis artiste musicienne camerounaise. J’ai deux albums à mon actif et je suis en train de mettre sur pied un maxi single intitulé ‘’Renaissance’’ c’est du Makune un rythme de chez moi. Je suis allée me heurter à ça, mais à la base, je suis une artiste qui fait dans la variété (Makossa, zouk…). Vous pouvez découvrir ce que je fais sur ma chaîne YouTube REN DA. En plus, je suis une business woman, restauration, vestimentaire. Je commercialise des vêtements et chaussures, femmes, enfants et parfois hommes aussi. J’adore faire du business comme activité supplémentaire.

Quel est votre bilan, si on revenait en arrière et on vous demandait de vous lancer dans ce secteur quelle serait votre réponse ?
Bah, le bilan n’est pas rose, rose, rose, mais il n’est pas morose non plus. On va dire ça comme ça. Et si on me demandait de changer, Non. Je suis business woman, je ne me vois pas en train de faire autre chose et puis, je suis une passionnée de la cuisine et de la musique. Je ne vois pas revenir en arrière et faire autre chose. C’est mon moi, mon comme ça, comme on dit souvent (rires) !

À quel niveau vous voyez vous dans cinq ans ?
Dans cinq ans s’il plaît à Dieu, car l’homme propose et Dieu dispose. Aujourd’hui, il faut survivre, mais si jamais il m’arrive d’être encore en vie dans cinq ans, bah je projette beaucoup de choses. Comme avoir un restaurant à Douala, Bafoussam. Une chaîne de restauration quoi. C’est ce que je projette, il faut que je grandisse. Il faut toujours rêver grand. 

Quels conseils donnerez vous à ceux qui veulent suivre vos pas ?
Un conseil aux jeunes qui aimeraient suivre mes pas, c’est d’avoir déjà beaucoup de discipline dans sa vie. Aimer ce que l’on fait surtout, parce que les réalités sont souvent autres et quand on n’aime pas vraiment ce qu’on fait, on se casse la gueule et on se décourage très vite. Par contre, quand on aime ce qu’on fait, on persévère et on travaille beaucoup. Il faut faire beaucoup de recherches, travailler tout le temps. Essayer de créer, parce que c’est ce qui vous rend différent. Une fois que vous êtes différents, vous attirez des personnes assez curieuses, qui veulent découvrir ce que vous faites. C’est ce que j’essaye de faire. Vous allez par exemple faire un plat de tapioca, je vais aussi le faire, mais au niveau de la présentation, ce que je vais rajouter dans mon plat, c’est ce qui va faire la différence et on aura envie de goûter, de regarder. Donc, il faut beaucoup de discipline, beaucoup travailler, beaucoup de recherches.

Quel est votre plat préféré ? 
Mon plat préféré c’est le Mbongo ngick c’est-à-dire le mbongo de porc-épic comme je suis Bassa, j’adore le mbongo de porc-épic.

Pour sortir, pouvez vous partager avec nous une de vos astuces ?
Oui. Alors, astuce pour garder les citrons toujours frais. Mettez les juste dans un bocal cassable avec de l’eau, remplissez l’eau, ils seront toujours frais, ils ne vont pas pourrir. 

Vous pouvez suivre REN DA via sa page officielle Ren Da officiel, son profil Facebook Ren Da. Rejoindre son groupe culinaire sur Facebook « Ren » Saveurs » Restaurant Service Traiteur en ligne sur Yaoundé »  et également le groupe Facebook de son restaurant la petite Bantou

 

Share Button
ParBlanche Nathalie

LES BIENFAITS EXTRAORDINAIRES D’EAU DU RIZ

L’eau de riz est cette eau qui provient de la cuisson du riz. Elle regorge de vitamines et minéraux qui sont sources de nombreux bienfaits. C’est d’ailleurs depuis longtemps, l’un des secrets des femmes asiatiques. 
Comment recueillir cette eau et profiter de ses bienfaits ?
Commencez par faire bouillir votre riz sans ajouter du sel. Il est conseillé dans ce cas, de rajouter du sel après avoir extrait l’eau du riz que nous allons utiliser. Pour de meilleurs résultats, préférez le riz blanc bio. Une fois le riz cuit, égouttez-le et gardez l’excès d’eau dans un bol. Mettez ce bol au frigo, et n’utilisez l’eau de riz qu’une fois refroidie. Vous pourrez conserver votre eau de riz au frigo jusqu’à 6 jours.
Maintenant que vous savez comment en faire, voici toutes les raisons pour lesquelles vous pourrez l’utiliser.
Elle aide à protéger notre corps contre le cancer
La consommation régulière d’eau de riz aide à prévenir le cancer. En effet, elle a un effet sur le pH de notre corps et, en aidant à l’équilibrer, elle lui permet de renforcer la protection de notre corps contre le cancer.
Elle combat l’acné et l’eczéma
Pour l’acné, versez un peu d’eau de riz sur un coton et appliquez celui-ci sur vos boutons. Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, elle aidera à le faire disparaître.
Quant à l’eczéma, il vous suffit d’en mettre sur les zones touchées, et de répéter régulièrement. Les résultats devraient commencer à se voir après quelques applications.
Elle rend la peau plus belle et plus jeune
Elle hydrate notre peau, aide à resserrer ses pores et lui donne de l’éclat, tout en la rendant douce. Elle arrive aussi à cacher les petites imperfections de notre visage.
Grâce à l’acide para-amino-benzoïque qu’elle contient, elle permet de protéger notre peau contre les rayons du soleil et peut agir comme anti-inflammatoire et soulager les irritations.
L’eau de riz est également un véritable allié pour garder notre peau jeune. Les antioxydants et l’inositol qui la composent participent à la régénération et à la croissance des cellules de la peau. Cela permet de la rendre plus ferme et de garder son élasticité, ce qui aide inévitablement à lutter contre son vieillissement.
Pour profiter de tous ces bienfaits, il vous suffit de verser un peu d’eau de riz sur un coton et de l’appliquer sur votre visage une fois par jour comme lotion.
Elle rend la peau douce
C’est simple : si vous en versez dans votre bain, vous en ressortirez avec une peau de bébé. Tout cela grâce aux vitamines et minéraux qu’elle contient!
Elle aide à mieux digérer
Elle soigne la flore intestinale, permettant ainsi à l’intestin de mieux fonctionner. Cela évite les ballonnements, mais aide aussi à soulager les problèmes intestinaux tels que la diarrhée et la constipation. Elle peut même servir comme moyen de prévention de la gastro-entérite!
Pour faciliter votre digestion, buvez simplement un verre d’eau de riz. Si vous voulez lutter contre la diarrhée, ajoutez-y une pincée de sel.
Elle empêche la déshydratation
L’eau de riz est un excellent moyen de se réhydrater. Elle est donc recommandée pour les personnes qui ne boivent pas assez d’eau et qui pourraient souffrir de déshydratation, comme les personnes âgées.
Elle nous donne de l’énergie
Si vous êtes malades, si vous vous sentez très fatigués ou simplement si vous manquez d’énergie, prenez deux verres d’eau de riz par jour. Grâce aux nutriments qu’elle contient, elle vous donnera l’énergie que vous avez perdue et vous boostera. Elle est ainsi spécialement recommandée pour les personnes âgées et les enfants, mais aussi pour les femmes qui viennent d’accoucher et qui n’ont pas encore repris toutes leurs forces.
L’eau de riz est également utilisée par les sportifs. En effet, elle favorise la régénération musculaire et fournit les glucides nécessaires pour nous donner de l’énergie.
Elle rend les cheveux doux et brillants
Utilisée comme après-shampoing, l’eau de riz est parfaite pour rendre vos cheveux soyeux. Après avoir lavé vos cheveux, versez de l’eau de riz dessus et frictionnez légèrement vos cheveux avant de les rincer à nouveau, avec de l’eau claire cette fois. L’eau de riz viendra ainsi fortifier le cheveu et refermer les écailles, ce qui leur donnera une belle touche de brillance.
Vous pouvez aussi utiliser l’eau de riz en masque capillaire. Pour cela, laissez-la agir pendant quelques minutes sur vos cheveux. Cela les rendra plus lisses.
Elle augmente la production du lait maternel
Grâce aux vitamines et minéraux qu’elle contient, l’eau de riz peut stimuler la production de lait maternel et, est donc conseillée chez les femmes qui allaitent. Pour cela, il vous faudra en boire plusieurs verres par jour.
Share Button

ParBlanche Nathalie

LA SALADE D’AVOCAT AUX CREVETTES POUR LA FORME

 La salade avocat aux crevettes est l’assurance d’une entrée réussie, pleine de fraîcheur et d’énergie. Une salade régénératrice, pleine de couleurs et de vitamines, elle ravira vos papilles et celles de vos invités, c’est certain !

Ingrédients pour 2 personnes

Pour la salade :

  • 2 avocats
  • 500 grammes de crevettes décortiquées
  • 2 tomates
  • 1 oignon

Pour la sauce :

  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 2 cuillères à soupe d’eau
  • 2 cuillères à soupe de jus de citron
  • 2 cuillères à café de moutarde ancienne
  • 1 pincée de sucre
  • Sel, poivre et ail haché

Préparation de la recette

  1. Laver vos éléments
  2. Éplucher les avocats et les couper en lamelles.
  3. Couper les tomates en tranches.
  4. Émincer l’oignon. Couper les crevettes en petits morceaux.
  5. Mélanger dans un bol la moutarde, le sucre, le jus de citron, l’huile d’olive, l’ail haché, le sel, le poivre et ajouter les avocats, les tomates et les crevettes.
  6.  Mélanger et servir frais.

Vous pouvez également ajouter du concombre si vous le souhaitez !

Share Button
ParBlanche Nathalie

LA PAROLE DU CHEF : AVEC KRYS TEL BY ORNELLA YEPMOU

Krys Tel, jeune dame entrepreneure qui après un licenciement abusif, décide de faire de sa passion de commerçante, un BUSINESS. Mère de deux filles et diplômée en Génie Mécanique et Productique puis en QSE, est également une passionnée de la cuisine. 

  • Bonsoir Krys Tel, pourquoi avoir choisi de faire dans ce secteur d’activité et depuis combien de temps vous êtes vous lancée ?

Bonsoir, je dirai que les demandes m’ont poussées à me lancer dans ce secteur. J’ai pris pour habitude de poster mes plats et c’est dans cet élan que les gens ont commencé à me demander pourquoi je ne fais pas dans la restauration. Alors en tant qu’entrepreneur, je me suis rapprochée des aînés dans le domaine pour peser les risques et voir la faisabilité et puis hop je me suis lancée après leurs encouragements et coachings. Il y a une différence entre savoir cuisiner et faire de la cuisine un business.

  • C’était quoi le premier plat ?

Mon premier plat était une marmite de mbongo. À la livraison, la cliente a refusé disant que 1 kg et demi de viande de porc pour 5000 FCFA était petit. J’en rigole aujourd’hui parce que malgré ce couac, elle a commandé des mois après et on est toujours en très bons termes.

  • Comment travaillez-vous votre visibilité ?

Étant déjà commerçante depuis plusieurs années, je joue avec ma popularité sur Facebook et je partage régulièrement des recettes sur mes statuts WhatsApp Ainsi, je profite pour faire mes pubs.

  • Nous imaginons que les débuts ont été des phases d’apprentissages et par conséquent, plusieurs erreurs commises. Pouvez-vous partager vos erreurs avec nous et les abonnés ?

 Je suis même encore dans mes débuts donc les erreurs, j’en fais encore. Je citerai par exemple, la mauvaise logistique que j’avais au départ. Je citerai aussi le conditionnement…au début, j’utilisais les mauvaises gamelles, il a fallu comme d’habitude que les aînées me coachent sur quelle gamelle utiliser selon le repas. Je suis aussi très humble pour accepter les critiques.

  • En dehors de la restauration avez vous d’autres activités ? Si oui lesquelles?

Je suis chef d’entreprise. Je vends les vêtements en gros, en détail et dans quelques semaines. Je vais mettre mon bureau d’études sur pied. Il m’arrive de mettre mes compétences aussi pour certains projets dans les entreprises. 

 Par contre, je ne regrette pas m’être lancée dans cette activité, Pour le moment ça me permet de gérer cette crise due à la Covid-19 et me rapproche beaucoup de mes filles qui aiment me voir tout le temps à la cuisine en train de tricher des recettes de Youtube ou Pinterest, ça crée un climat de détente et ça me réjouit de recevoir des commentaires positifs sur la qualité de mes repas.

  • Comment vous projetez vous dans 5 ans ?

Femme d’affaires accomplie. 

  • Quels conseils pouvez vous donner aux jeunes qui aimeraient suivre vos pas ?

Les diplômes sont bien pour notre éducation, mais il est encore mieux de savoir s’adapter au système économique de ce monde qui ne va pas bien. Sachez être polyvalents et faites ce que vous savez le mieux faire pour votre gagne-pain si l’occasion se présente. Les réseaux sociaux sont une grosse planète clientèle, faites en bon usage et les fruits s’en suivront. 

  • Quel est votre plat préféré ?

J’aime tout ce qui est bon… Mais j’ai des choses que mon corps réfutent comme tout le monde.

  • Et pour sortir, quelle astuce pouvez-vous partager avec nos followers ?

Une astuce culinaire??? Je ne sais même pas quoi prendre et quoi laisser. Je vais parler de l’astuce du poulet trempé en 24 h dans du lait assaisonné…Ça rend le poulet super appétissant pour un bon poulet pané. 

Merci Krys Tel, alors pour l’avoir très cher(e)s #BonapPeeps, pour toutes vos commandes, elle répond au +237 691507559 ou 698749281. Et sur Facebook, sa page c’est la cuisine de beproud

 

Share Button
ParBlanche Nathalie

SE CONSOMMENT APRÈS LA DATE DE PÉREMPTION

Ne pas confondre la DLC et la DDM

Il existe une différence entre la date de durabilité minimale (DDM), soit le fameux « à consommer de préférence avant le… » ou « à consommer de préférence avant fin… » inscrit sur les emballages alimentaires, et la date limite de consommation (DLC), soit le « à consommer jusqu’au…« .

La DLC indique la durée de vie maximale d’un produit. Après cette date, le produit est périmé et non-consommable. Le consommer au-delà de cette date comporte des risques pour la santé.
La DDM autorise la consommation de l’aliment après la date, à condition qu’il soit conservé correctement. Le produit n’est pas périmé, mais il peut avoir perdu certaines de ses qualités. Avant de le manger, il faut vérifier que l’emballage n’est pas abîmé ou bombé et s’assurer que le produit a un bel aspect, une bonne odeur et un bon goût.
Il est recommandé aux femmes enceintes, aux personnes âgées et aux enfants en bas âge d’éviter de consommer un produit au-delà de sa date de durabilité minimale.

Parmi les aliments à DDM figurent :

  • Le miel, qui peut se conserver à vie ;
  • Le chocolat, qui peut être consommé jusqu’à deux ans après sa date de péremption ;
  • Les produits secs, comme les pâtes, le riz ou les lentilles, qui peuvent être conservés plusieurs mois dans un emballage hermétique ;
  • Les boîtes de conserve, tant qu’elles n’ont pas d’aspect bombé ;
  • Le lait UHT, qui a été pasteurisé et peut être bu deux mois après sa date de péremption ;
  • Les fromages à pâte molle (camembert), les chèvres , le fromage de brebis, les fromages à pâte persillée (roquefort, bleu) jusqu’à deux semaines après la DDM ;
  • Les surgelés peuvent être conservés plusieurs mois après leur date de péremption, à condition de n’être jamais décongelés. Plus précisément, les fruits et légumes ont une durée de vie de 30 mois, Les plats cuisinés de 24 mois, la volaille 18 mois, la pâtisserie cuite 18 mois, le poisson pané 24 mois, le poisson 24 mois, la viande hachée 9 mois et les crustacés 12 mois ;
  • Les épices, qui ne se périment jamais. Au pire, elles peuvent perdre de leur saveur ;
  • Le sucre qui, lui non plus, ne se périme jamais ;
  • La farine, qui peut se garder des années, sauf si des petites bestioles élisent domicile dans votre paquet ;
  • Le sel qui est impérissable ;
  • Les produits lyophilisés, type café ou soupe en sachet ;
  • Les biscuits secs qui n’ont pas été ouverts ou qui ont été conservés dans une boîte en fer hermétique. Cependant, si les biscuits sont mous, pensez à les recycler en base de cheesecake ou pâte à crumble plutôt que de les jeter.

Nous pensons avoir donné la différence entre ces deux expressions. N’hésitez surtout pas à nous poser toutes vos questions. Merci et excellent début de semaine à toutes et à tous.

Share Button
ParBlanche Nathalie

LE CLOU DE GIROFLE: ALLIÉ PARFAIT POUR NOTRE SANTÉ ET BIEN-ÊTRE

Le clou de girofle de son nom scientifique syzygium aromaticum épice utilisée dans nos cuisines est un très bon allié pour notre santé et bien être. Il détient de nombreuses propriétés entre autres : anti-inflammatoires, aphrodisiaque, soulage les douleurs musculaires, action anti bactérienne, apaise les infections urinaires, atténue les divers maux d’estomac, lutte contre la mauvaise haleine et les douleurs dentaires.
Il est le plus souvent utilisé sous forme d’huile essentielle et son dosage diffère selon le problème et est combiné à celle d’autres plantes.

MAUVAISE HALEINE
Si vous avez des problèmes de mauvaise haleine, il vous suffit de mâcher un clou de girofle, extraire tout le jus et jeter la tige. 

MAL DE VENTRE
Faites infuser 4 – 5 clous de girofle dans une grande eau pendant une dizaine de minutes, ôtez les clous, ajoutez un peu de miel. Si vous voulez atténuer le breuvage parce que le clou de girofle est fort, vous pouvez ajouter à votre infusion de la cannelle et du citron. Boire cette infusion 3 fois/jour en dehors des repas.

MAL DE DENT
Écraser légèrement le clou de girofle avec vos doigts et appliquez sur la dent qui vous fait mal. Cela réduit la douleur en attendant de consulter votre dentiste. Vous pouvez comme deuxième option faire bouillir de l’eau avec le clou de girofle à l’intérieur. Une fois l’eau boue, retirez le clou de girofle, laissez l’eau refroidir et faites un bain de bouche.

INFECTIONS URINAIRES
Pour vous soulager, buvez une infusion de clou de girofle 1 à 2 fois par jour.

APHRODISIAQUE
Longtemps été utilisé pour lutter contre les troubles de l’érection de la libido, préparez votre tisane en broyant 5 ou 6 clous de girofle frais et versez-les dans l’eau bouillante, laissez infuser environ 30 minutes. Tamisez et récupérez l’infusion. Buvez chaude ou froide avec un peu de miel pour un meilleur goût. Il est conseillé de boire votre infusion de préférence, une demie heure avant le rapport sexuel.

SOULAGE LE RHUMATISME
Vous souffrez de lumbagos, de rhumatismes ou de toute autre douleur musculaire ? Le clou de girofle peut vous soulager immédiatement si vous l’utilisez en massage ! Diluez quelques gouttes d’huile essentielle de clou de girofle dans de l’huile d’amande douce (environ 6 % de clou de girofle pour 94 % d’amande douce), et massez les zones douloureuses.

Cependant, le clou de girofle est déconseillé aux enfants de moins de 12 ans, aux femmes enceintes ou qui allaitent. Pour obtenir un maximum de bénéfices, avec un minimum de risques, il est conseillé de consommer le clou de girofle à des doses adaptées. Cette épice devrait dès à présent occuper une place importante dans votre cuisine !

Share Button
ParBlanche Nathalie

MON COUP DE CŒUR DE LA SEMAINE : RESTAURANT SAGA AFRICA

Saga Africa, en plein cœur de Douala

Déposons nos valises à Douala pour découvrir un magnifique restaurant situé en plein cœur de la capitale économique. Nous sommes au quartier Akwa, plus précisément au Boulevard de la liberté. 
Le bus qui me transporte vient de me déposer. Avec mes grands yeux et ma curiosité habituelle, je repère immédiatement un restaurant. Il s’agit d’un restaurant dénommé Saga Africa Restaurant – Akwa. Ce nom, ne vous rappelle-t-il pas une chanson ? Bah, ouais ! Souvenez-vous, Saga Africa de Yannick Noah ! « Saga Africa, Ambiance de la brousse !»  Nostalgique n’est-ce pas ?

Je fais mon entrée dans le restaurant, une pancarte faite de lianes tressées surplombe la porte d’entrée. Des plantes vertes d’ornement sont disposées de part et d’autre. Très Original !
On se sent attiré et accueilli. On a l’impression qu’une voix nous murmure à l’oreille : « oui, venez voir, sentez-vous chez vous, welcome.»

Waouh, je suis tout de suite séduite et captivée par la décoration. L’harmonie entre le nom et l’espace est effective. Je plaisante intérieurement en disant : « Ikiii, je me sens en Afrique hééé » Bête n’est-ce pas ? Mais bon, ce n’est pas l’essentiel !


Deux espaces aux décors spécifiques vous sont proposés : 
La terrasse qui est appelée « terrasse Wasa » a un look safari très cosy, avec une atmosphère conviviale et décontractée où se dressent un équipement de tables doubles et plus, ainsi qu’un bar illuminé dans un angle.
Et la grande salle à l’arrière d’une magnifique baie vitrée, faisant resplendir le panorama de l’établissement est appelée « l’espace Sanaga » . Ce deuxième espace est entièrement climatisé avec un décor original mêlé entre design et bois exotique aux couleurs d’Afrique, très adapté aussi bien pour des repas d’affaires ou conviviaux que pour des têtes à tête en amoureux.


Rapidement, je jette un coup d’œil sur le personnel qui est très accueillant et chaleureux, sur leur « 31 » ; permettez-moi l’expression, et surtout avec leur sourire qui laisse transparaître la blancheur de leur dent, leur délicatesse et toute l’attention qui vont avec . On se sent tout de suite entraîné.

Parlons maintenant du plus important, l’élément principal, l’acteur « même même» , la nourriture!
Vous souhaitez que je commence par où ? Eeh aah, quand j’y repense, j’ai la salive dans la bouche hein ! 
Leur cuisine est inventive et plurielle pour votre plus grand plaisir, à la fois traditionnelle et ouverte au monde. Vous pouvez y consommer des plats exotiques, locaux ou non, divers et variés, bref toutes les saveurs avec une touche créative reflétant l’immensité de l’art culinaire de leur chef. Ce fin cordon bleu qui a la capacité de satisfaire tous vos palais.
Ce jour-là, j’ai opté pour un plat incontournable, notre « ndolé national ». J’ai préféré des crevettes à la place de la viande et de la morue fumée. Houlala, j’étais carrément transportée comme d’habitude, surtout quand c’est très bien cuisiné.
Imaginez-vous en soirée en train de déguster un délicieux repas alors qu’une belle mélodie vous accompagne ! hééé les délices de la vie !


Le service était sans reproche. Le personnel est venu à chaque fois se rassurer si j’étais à l’aise, si le repas était délicieux. Le rapport qualité-prix y est. Des prix moyens de 4 000, 5 000 FCFA et plus.
Je ne vais pas tout dévoiler ici, car je souhaite que vous alliez également vivre votre propre expérience. Donc je vous recommande vivement ce restaurant. Excellente fin de journée à toutes et à tous.

Share Button
ParBlanche Nathalie

MON COUP DE CŒUR DE LA SEMAINE: CHEZ HAÏRA WALET

Je suis déjà rentrée chez moi à Yaoundé. J’ai une question à vous poser : Avez-vous la possibilité de participer à une rencontre de nourriture en groupe tous les jours ? Je me permets de répondre « non » à votre place. Moi noh, partout où je vois la nourriture, je suis « sauf, et seulement que sur ça » comme on dit chez nous. 
N’est-ce pas, dimanche dernier, je décide de vivre une expérience du « mangement » en groupe. Demandez-moi que c’était où ? Mamaééé Chez Haira Walet, la mère de la suspension. Si tu ne connais pas le concept de la « suspension culinaire » hein, c’est que toi-même là hein, tu n’es pas au Cameroun. 
Me voici qui prend mon taxi, direction Gendarmerie Nationale, au SED. Est-ce que je connaissais alors le lieu ? c’était ma première fois d’y aller. Mais comme j’ai le flair et que j’ai déjà quand même aperçu le restaurant sur certaines photos dans les réseaux sociaux. N’est-ce pas, je repère la petite maisonnette en paille, tout juste derrière un kiosque de Lotto. Je m’y rends. Bingo ! C’était l’archipel de la suspension. Déjà bondé, je me précipite pour saluer la reine des lieux, la « pro » de la suspension, j’ai nommé Haira Walet Ahmad.


Je me présente, et elle est contente de voir enfin Bonappétit Cameroun . Tellement conquise par l’accueil chaleureux et le sourire de cette dernière, je vais tout de suite prendre une place. Le décor me captive, bien pensé. La maisonnette en paille, le nappes Afritudes, bref ça me rappelle la forêt. 
Ce jour-là, c’était un menu spécial : De la suspension de eru accompagnée de ses boules de couscous + viande + crevettes ; De la suspension de poisson poêlé avec des frites de plantains avec comme accompagnement des légumes ; De la suspension de poulet braisé avec des frites de plantains + légumes également ou crevettes. Comme boisson, que des jus naturels, et nous avons eu droit au jus de corossol et à un cocktail de fruits.
Sans hésiter, j’ai pris de la suspension de eru et je ne regrette d’ailleurs pas. Massah le plat était bien chargé, rien qu’en regardant ton plat, tu te sens déjà rassasiée. Orrrrr, la présentation, elle connaît sa chose « sur ça » : bien présenté, suspendu sur des feuilles de bananier et des couverts en bois, c’est d’ailleurs ce qui fait sa particularité.

Sa cuisine alors hein, c’est exactement ce qui prouve que la cuisine camerounaise est la meilleure du « monde mondial ». « Délicieuse » n’est pas l’adjectif adéquat pour qualifier ses repas. Il me faut une expression au-dessus de cet adjectif. Je cherche encore d’ailleurs. Dès que je trouve ce qualificatif, je vous ferai part. En attendant, vous pouvez me proposer quelques expressions hein! hihihihi.
Laissez-moi vous confirmer qu’elle cuisine sans cube, comme à l’époque de nos grands-parents. Juste du sel épicé et le goût fait voyager les papilles gustatives vers le ciel après le septième.
Le prix de ses plats varie entre 2500 et 5 000 FCFA, vous pouvez même faire des combinaisons de menu. Ça dépend de votre appétit, ce que vous souhaitez déguster.
Le verre du jus naturel coûte 1000 FCFA et vous avez la carafe à 3 000 FCFA. 


Oui, je recommande ce restaurant, c’est mon coup de cœur de la semaine. Donc, je vous invite également à aller suspendre. Un petit conseil pour ceux qui n’aiment pas patienter, appelez et réservez avant d’y aller.
Je vous donne rendez-vous jeudi prochain. Portez-vous bien.

Share Button