MA SPÉCIALITÉ CULINAIRE : LA SAUCE GOMBO

ParBlanche Nathalie

MA SPÉCIALITÉ CULINAIRE : LA SAUCE GOMBO

La recette by Élodie

Je ne sais pas pour quelle raison, mais j’apprécie particulièrement ce récit produit par notre nouvelle #BonapPeeps #Elodie ! Bref, je vous laisse également juger très chers #BonapPeeps.


La sauce gombo, c’est un des plats de mon enfance. Je revois encore ma mère, ma grand-mère et mes tantes le cuisiner. Quand je ferme les yeux, je sens encore l’odeur de la viande de bœuf qui mijote.
Quand je suis partie du Cameroun en 2012, c’était l’un des plats qui me donnait la nostalgie du pays dès que j’y pensais.
Il n’y a qu’un an que j’ai franchi le pas. J’ai toujours eu peur le cuisiner, par peur de me louper. Mais comme dans toute chose dans la vie, on apprend à travers ses erreurs. Et mes erreurs « gombostiques » furent nombreuses, mais avec beaucoup d’ardeur, on finit par y arriver.

Recette de la sauce Gombo 

Je ne cuisine pas au gramme, et je ne cuisine pas toujours de la même façon. Je décline le plat selon mon inspiration, mais surtout selon les ingrédients que j’ai à ma disposition, notamment:

Ingrédients

  • Dans ma marmite, je mets la viande, le sel, l’oignon et l’ail à feu doux sans mettre de l’eau.La viande va s’imprégner des ingrédients avec son jus).
  • Quand ma viande est dorée, je mets ma tomate et de l’eau jusqu’à ce que la viande soit entièrement recouverte.
  • Je laisse cuire ma viande 30 minutes à 1 heure en rajoutant de l’eau si besoin. Le temps de cuisson dépend de la viande.
  •  Quand ma viande est mi-cuite, je rajoute mon gombo que j’ai lavé et découpé en rondelle avec un peu de « Kanwa » ou de sel gemme.
  • Je laisse cuire le tout sans couvrir. Je remue de temps en temps pour éviter que ça colle au fond de la marmite.
  • Au bout de 20 ou 30 minutes, je retire du feu.

Petit plus : 

parfois, je rajoute des crevettes à 5 min de la fin de la cuisson. Mais ce sont ses petits extras occasionnels.

Accompagnement :

En tant que fille de l’Est (Nkolbomobatouri), j’accompagne avec un plat de « fufu » (complément de base des habitants de l’Est). Pour la petite anecdote, je prenais des petits-déjeuners au couscous et au reste de sauce de la veille quand j’allais au village.
Personnellement, je préfère le fufu de riz ou de maïs. Je les trouve plus moelleux que le fufu de Manioc surtout avec une sauce gombo. Mais pour cette fois , ma sauce gombo est accompagnée de couscous de manioc, parce que la farine de maïs ou de riz est difficile à trouver ici en France.

Pour réaliser notre fufu de manioc, nous avons besoin d’une spatule ou tourne couscous et d’un peu d’eau.

  • Faire bouillir de l’eau.
  • Quand l’eau est très bien en ébullition, rajouter la farine tout en remuant pour éviter d’avoir des grumeaux.
  • Tourner jusqu’à ce que la pâte soit homogène.

Astuces : 

je garde toujours un peu de farine et d’eau chaude près de moi selon la consistance de ma pâte.
Côté achat de mes ingrédients locaux : je vais à Château rouge ou à Marcadet poissonniers. Et il faut toujours avoir de l’argent sur soi,parce qu’ils ne prennent pas de Carte bancaire. Voilà! J’espère que la recette vous plaira très chers #BonapPeeps.

Share Button

Comments

comments

À propos de l’auteur

Blanche Nathalie administrator

Jeune Camerounaise passionnée de communication

2 commentaires pour l’instant

Marie MAYORPublié le12:20 - Juil 26, 2018

Miam ça a l’air délicieux et la recette est simple et bien expliqué. Merci pour l’astuce. 💕

Laisser un commentaire